Aspects théoriques

La pratique des étirements correspond à des nécessités en relation avec la physiologie musculaire et les effets biomécaniques des mouvements réalisés. On peut les classer en deux parties :

 

1°) Nécessités d'ordre musculaire et tendineux 

La fibre musculaire possède des propriétés caractéristiques : l'excitabilité associée à la contractilité, l'extensibilité, l'élasticité. Sa limite d'allongement (rupture) se situe à environ 1,6 fois sa longueur.

Tous les muscles sont sous tension même au repos car ils se trouvent étirés entre les os. Cette tension permanente constitue le « tonus de repos ». Il varie selon les individus, le travail musculaire effectué (intensité, durée), mais aussi selon les états émotionnels qui influent sur l'ensemble de la musculature de façon diffuse.

 

Effets des tensions

Les muscles exercent leur action sur les os qui constituent des leviers. Les tensions musculaires intenses et répétées ont pour effet de raccourcir les muscles de façon permanente en leur conférant un tonus de repos élevé.

L'élasticité et l'extensibilité des muscles se trouvent alors réduites, entraînant une diminution d'amplitude des mouvements. On a pu établir qu'un entraînement classique de musculation, sans étirements, diminue la moitié immédiate des articulations concernées de 5 à 13%.

 

Conséquences

Les muscles raccourcis en permanence deviennent plus fragiles. Lorsque le joueur les sollicite pour un effort maximal avec une amplitude qu'ils n'ont plus l'habitude de réaliser, c'est l'accident : contracture, élongation, claquage, déchirure, rupture.

Les tendons, dont la structure fibreuse ne permet qu'une très faible élasticité-extensibilité, se trouvent fragilisés par ce même phénomène et le risque d'inflammation, de lésion et de rupture devient plus élevé.

 

Important:

Sur le plan fonctionnel, le manque d'amplitude d'un mouvement est préjudiciable au rendement musculaire, donc à la performance : vitesse, détente, force, précision.

 

2°) Nécessités d'ordre cartilagineux et osseux

Toutes les forces musculaires et mécaniques sont transmises par les articulations ; celles-ci sont équipées non seulement pour l'effection des mouvements dans des directions précises, mais aussi pour diriger et amortir les forces, grâce aux cartilage et ligaments.

Les ligaments ont pour rôle de maintenir les surfaces articulaires en place pour orienter les mouvements autorisés par la forme de ces surfaces. Les accidents qui occasionnent des distensions, des lésions ou des arrachements sont dus à des mises en porte-à-faux des articulations.

Les cartilages sont de plusieurs types. Leur rôle dominant est différent selon les cas :

  • Les cartilages articulaires assurent essentiellement le glissement des surfaces en présence. Leur rôle d'amortissement est secondaire, mais il est réel.
  • Les fibro-cartilages des articulations mobiles assurent une meilleure adaptation des surfaces articulaires qui ne se correspondent pas avec précision : rôle d'agrandissement pour les bourrelets (épaule, hanche), meilleure juxtaposition pour les ménisques (genou).
  • Les fibro-cartilages des articulations semi-mobiles jouent un rôle prépondérant dans l'amortissement et la répartition des forces (disques intervertébraux).
  • Les cartilages de conjugaison, jusqu'à la fin de l'adolescence, conditionnent la croissance des os en longueur.

 

 

Conséquences

 

Les cartilages articulaires
La sommation des microtraumatismes va provoquer à plus ou moins long terme la nécrose des cellules cartilagineuse : c'est l'arthrose. Les exercices d'étirements, en entretenant la mobilité articulaire normale, participent à la préservation de la couche régénératrice.

 

Les disques intervertébraux
Les pressions qui s'exercent sur ces fibro-cartilage sont réparties autour d'un noyau gélatineux, malléable, situé près du centre du disque. Des forces intenses et répétées provoquent le pincement ou écrasement du disque. Les étirements permettent de libérer quelque peu cette pression en favorisant la « souplesse » de la colonne vertébrale.

 

Les étirements sont donc indispensables pour réparer les dommages d'ordre musculaire, articulaire, cartilagineux et osseux causés par la répétition d'efforts développés dans la vie courante auxquels s'ajoutent de façon bien plus intense ceux qui sont produits au cours des séances d'entraînement et des compétitions.

Ils sont nécessaires :

  • pour agir à titre préventif, afin de limiter les risques que nous venons d'évoquer (leur but est d'entretenir la mobilité normale des articulations),
  • pour permettre grâce à la préservation de l'amplitude articulaire, des performances de haut niveau.
Rugby - Du Johnny pour accompagner la victoire de Pau
>> Lire la suite

Rugby - Pro D2 - Soyaux et Mont-de-Marsan changent la moitié de leur équipe
>> Lire la suite

Lomu
Lomu
Savéa
Savéa
O'Driscoll
O'Driscoll