La navette australienne

Contrairement à des idées reçues, produire beaucoup de lactate durant des exercices très intenses et très courts est un très bon et est un signe d'aptitude à ce type d'exercice.

Dans ces conditions, une forte production de lactate est le témoin d'un débit élevé de production d'ATP, seul «carburant» utilisé directement pour produire l'énergie dont le muscle a besoin. Généralement ce sont les sportifs qui produisent le plus de lactate par unité de temps qui obtiennent les meilleures performances sur des épreuves courtes et très intenses comme certaines actions d'un match de rugby. Il est donc intéressant de connaître combien de lactate un sportif est capable de produire au cours de ce type d'exercice comme les sprints courts par exemple.


Par contre de trop fortes accumulations de lactate peuvent nuire à la qualité du travail musculaire et donc à celle du rendement physique au cours d'un match. Il convient donc de tester aussi la vitesse à laquelle le lactate produit est recyclé pendant la récupération active entre deux tests intenses (ΔRécup -20m x 12).

Autrement dit, au plan physiologique, la meilleure aptitude du joueur de sport collectif dépend à la fois de ses possibilités de produire beaucoup de lactate au cours d'un exercice court et intense et de ses capacités à l'utiliser pendant les temps de récupération.

Navette
Navette

Test (Navettes de 30s + récup. de 35s) x 6 ou « test australien ».


Comme il est indiqué dans la figure, des couloirs de 1m sont déterminés par des bornes placées à 5m les unes des autres. Plusieurs sportifs peuvent donc être évalués en même temps. Le test consiste à parcourir la plus grande distance possible en 30s en faisant des allers et retours de 5 puis 10 puis 15, puis 20m.... On compte la distance parcourue en 30s. Pendant la récupération de 35s, le sportif revient se placer au départ et ainsi de suite pendant six répétitions.


Trois types de résultats peuvent être exploités :


1) La meilleure performance possible en 30s (plus grande distance) qui donne une appréciation de la puissance du métabolisme anaérobie.


2) La distance totale parcourue (voir normes placées en annexe),


3) L'indice d'endurance lactique qui est soit la différence entre la plus longue et la moins longue distance parcourue au cours de six répétitions, soit le rapport de la moins grande sur la plus grande distance x 100. Plus le pourcentage est proche de 100, meilleure serait l'endurance anaérobie. Afin que le joueur ne dose pas ses premiers passages, seule la performance maximale en 30s obtenues hors test et tenant elle-même lieu de performance intrinsèque est retenue comme référence pour comparer les autres distances parcourues.

Rugby - Du Johnny pour accompagner la victoire de Pau
>> Lire la suite

Rugby - Pro D2 - Soyaux et Mont-de-Marsan changent la moitié de leur équipe
>> Lire la suite

Lomu
Lomu
Savéa
Savéa
O'Driscoll
O'Driscoll